Ituri:La CARITAS/Bunia organise un atelier de sensibilisation sur l’élaboration des plans locaux de développement des ETD du Sud d’Irumu.

Bunia, 02/06/2018 (provinceituri)
Le vice-gouverneur de l’Ituri, Pacifique KETA UPAR a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier de sensibilisation sur l’élaboration des plans locaux de développement des Entités Territoriales Décentralisées (ETD) du Sud d’Irumu, organisé par l’ONG CARITAS/Développement du diocèse de Bunia, qui a connu la présence du ministre provincial de l’Intérieur et Affaires coutumières, Me Étienne UNEGA EGE et celui du Plan, Madame Espérance TCHIKA NGUMIABO et de l’Administrateur du territoire d’Irumu, Rachel TARWAYO ADROMA ainsi que des chefs coutumiers de chefferies et secteurs du Sud d’Irumu.
Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet  » Pamoja Kwa Amani », financé par le Fonds de cohérence pour la stabilisation et STAREC mis en oeuvre par la CARITAS/Développement, où elle intervient dans la province de l’Ituri pour répondre aux problématiques générales liées à la faible cohésion sociale, à la recrudescence des conflits sociaux et parfois avec une dimension ethnique.
L’objectif de cet atelier, a-t-on fait savoir est d’informer les autorités politico-administratives et coutumières, ainsi que les acteurs non étatiques des cinq chefferies sur l’élaboration de leurs Plans Locaux de Développement (PLD).
Les objectifs spécifiques qui seront poursuivis lors de cet atelier sont notamment: présenter le projet d’élaboration des PLD des chefferies et secteurs de Bahema-Sud, Walendu-Bindi, Bahema-Boga, Baniali-Tchabi, Bahema-Mitego au Sud du territoire d’Irumu, dans la province de l’Ituri; recueillir les avis et considérations des uns et des autres en ce qui concerne le processus d’élaboration des PLD des chefferies et secteurs ; solliciter la collaboration et l’implication effective de la part des autorités politico- administratives et coutumières, ainsi que des acteurs non étatiques ; amener les participants à établir une convention de collaboration entre eux avec la CARITAS/Développement, pour une bonne marche du processus et l’atteinte des objectifs du projet et enfin mettre en place un comité de pilotage du processus, incluant le territoire, les chefferies et secteurs concernés par le diagnostic participatif.
Pour rappel, la synthèse du projet consiste à demander les besoins prioritaires des villages et groupements en repérant les causes et leur faire voir que les problèmes prioritaires ne peuvent pas être connus par un seul individu. Pour y arriver, il faut rencontrer les membres de la communauté en leur posant des questions sur leurs problèmes, les propositions ainsi que des solutions quant à ce.

La rédaction

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*